Thursday, July 27, 2017

Libreville, Gabon | 3 ème vol | AF976

3 ème vol, réveil à 6h30, et pour changer, la veille du départ, je n'avais pas réussi à fermer l'œil de la nuit. J'avais beau me tourner dans tous les sens, me mettre à l'autre bout du lit, compter les moutons, écouter des musiques de dépressifs, rien n'y fait, les portes de l'antre de Morphée ne s'ouvraient pas... Ce dernier a finalement décidé, par pitié sans doute, de m'accueillir dans ses bras aux alentours de 4h30... Inutile donc de vous dire que la nuit fut courte et que le réveil fut plus que laborieux, c'est à peine si j'arrivais à soulever mes lourdes paupières.. 
Mais je finis par me motiver et bondir du lit pour aller à la douche, prendre mon petit jus d'orange pressé (merci maman), et me préparer, et même ça j'avais du mal : chignon refait à 2 reprises, je ne devais pas avoir les yeux en face des troues, puisqu'il était complètement de traviole lol. 

Bref, enfin ready, je retrouve Emma (eh oui again !) à la cité PN (personnels navigants) un peu avant notre briefing, parce-que cette fois nous ne nous croisons pas seulement en escale, mais nous sommes carrément sur le même vol ! Autant vous dire que nous étions aux anges, puisqu'il est très rare d'être sur un même vol avec un(e) autre PCB, et encore plus, quelqu'un que l'on connaît déjà. Nous nous dirigeons donc vers la salle de briefing, et là nous essayons tant bien que mal de retenir le prénom de tous les membres de l'équipage, c'est notre 1ère fois sur un triple 7, étant plus grand que le 330, il y a donc plus de monde, et donc plus de noms à retenir, logique quand tu nous tiens.. Prise de notes, définition des postes, et hop départ vers les avions. 

Nous découvrons alors le fameux triple 7, plus long, plus moderne, et alléluia il y a des ports USB, ce qui n'est pas le cas sur certains 330, (bref les passagers ne seront plus outrés de ne pas pouvoir charger leur téléphone dans un avion en 2017, et je n'aurai pas à faire ma moue d'hôtesse navrée, de leur annoncer qu'ils devront se déconnecter de leur téléphone pdt quelques heures ..). Nous apercevons aussi rapidement le poste repos, et avec Emma nous sommes quasi à la limite de l'émerveillement tellement c'est spacieux par rapport au poste repos que nous avions précédemment connu : pas de lits superposés, et plus d'espace pour moins se cogner la tête. 

Un peu avant le décollage une passagère me demande de la prendre en photo, au milieu de l'allée, sous le regard ébahi de certains autres passagers, elle m'impressionnait par sa capacité à faire abstraction de ce qui l'entourait, pour poser telle une mannequin en plein shooting. Je prenais donc ma tâche au sérieux et essayais d'en prendre plusieurs sous différents angles.. je lui redonne ensuite le téléphone, mais elle avait l'air dubitative. Je repars quand même fermer mes rack à bagages, repassant de nouveau à son niveau, elle en profite pour me demander gentiment de reprendre des photos, car elle avait oublié, me dit-elle gênée de rentrer son ventre sur les précédentes. Eh oui quand on vous dit qu'on est multitâche : hôtesses, vendeuses, photographes, nounous, nettoyeuses de vomi....:)) P.S : la passagère en question avait participé aux reines du shopping, elle m'a même montré une photo avec Cristina  pour soutenir ses dires hehe. 

Bref après l'embarquement, puis le décollage, voilà arrivé le moment du service.. Alors un grand avion c'est cool, mais pour se positionner, et se souvenir de son poste c'est plus compliqué que sur notre chers A 330 habituel .. 
Habituellement je commence toujours à la même rangée en premium pour finir derrière, mais là c'est une toute autre affaire. D'autant plus que ce sont des versions "summer", c'est à dire avec une cabine eco en plus, à la place de la business, eh oui, l'été les familles sont nombreuses à voyager il faut donc adapter les sièges à la demande ... et donc la premium se retrouve entre deux classes éco. Le service débute donc en premium, pour remonter dans l'eco de devant, puis redescendre dans l'eco a l'arrière (situé après la premium).. vous saisissez jusque là ? Au pire ce n'est pas très grave, retenez juste qu'il fallait que je fasse travailler un peu plus mes neurones sur ce vol 😇. 

Sinon rien à signaler (sauf peut être mon mal de pieds persistant, malgré mes nouvelles shoes Geox à 110€..) les passagers étaient adorables, le vol est passé relativement vite. 
Ah et j'ai aussi fait l'atterrissage dans le cockpit.. enfin ! Impressionnant de voir la maîtrise de la commandante de bord et du copilote, la descente vue du cockpit est juste phénoménal. Un régal. 

Nous voilà donc arrivés à Libreville, au Gabon, on sent que l'ambiance du pays est plus détendue que dans certains autres pays d'Afrique qui sont actuellement en conflits (Congo, Nigeria... )
Nous y découvrons le sympathique hôtel, accueillis avec un cocktail de bienvenue au fort goût de gingembre, et nous faisons également un bond dans la chambre de Marine (autre PCB) pour lui faire un coucou avant son retour en France. 

Après avoir pris une douche, et m'être changée pour retrouver le confort de mes baskets, je rejoins avec Emma l'équipage pour dîner, et pour préparer le programme de demain, puisque sur cette escale nous avons le droit de sortir, car il n'y a pas de restrictions particulièrement strictes. Je décide de motiver Emma et Barbara pour une virée en mer, pour voir des baleines (qui ne sont bien évidemment pas en captivité) , nous contactons donc Arnaud, pour booker la sortie du lendemain matin. 45 000 CFA (soit environ 68€), à ce prix, les baleines avaient intérêt à se montrer.. :p 
Le ventre bien rempli direction donc la chambre pour un dodo bien mérité, pour être en forme le lendemain (réveil 7h..) . 
Après une bonne nuit de sommeil, sur un matelas plutôt confortable, nous prenons un petit-déjeuner bien copieux, et hop direction le port Michel Marine, Alassan, le chauffeur de taxi nous réclame 6000 CFA pour la course, or, on nous avait dit que c'était seulement 3000, j'essaie de négocier, mais rien à faire il est coriace, et malheureusement nous étions pressées car nous avions rdv à 9h (il était déjà 8h45..) à contre cœur et sachant pertinemment qu'il avait gonflé le prix, nous y allons quand même. Arrivées au port, nous cherchons donc Arnaud, qui nous reconnaît assez rapidement ... ( il faut croire que 2 blondes et 1 asiat en Afrique, ça fait l'effet d'un gilet de sécurité routière en pleine nuit lol). 




Nous apercevons alors le bateau, d'une taille pas tout à fait conséquente.. et étant donné le temps nuageux, et la mer agitée... nous nous mettons à prier intérieurement :p. Mais nous ne sommes pas là pour reculer face à l'aventure, d'un pas décidé nous montons alors sur le bateau. Il y avait également la femme d'Arnaud et sa fille sur celui-ci. Il y a 1h de trajet, avant d'arrivé dans la zone des baleines, ça bouge pas mal, on se croirait dans une attraction à sensation forte, ce qui ne nous déplaît pas, du moins aux premiers abords.. 


Une fois dans cette fameuse zone, le bateau s'arrête donc, pour que nous puissions repérer le souffle de la baleine, et éventuellement espérer un saut. Et c'est là que le mal de mer commence à nous envahir, les vagues étaient tellement importantes qu'elles faisaient tanguer le bateau à grands coups, nous essayons quand même de zieuter l'océan agité du regard pour chercher les baleines, et c'est assez rapidement que nous apercevons des nageoires, puis de petits sauts timides. Que c'est impressionnant, quelque chose d'aussi imposant à quelques mètres de nous. Mais l’appréciation du spectacle n'aura pas été de longue durée, puisque le mal de mer se faisait de plus en plus oppressant, et Emma puis Barbara ont fini par rendre leur petit déjeuner à la mer.. J'en étais pas loin non plus... Mais il fallait bien sauver l'honneur d'AF face à Arnaud qui se moquait déjà gentiment de nous, surtout que sa fille de 3 ans à peine, ne bougeait pas d'un iota, mais hé c'est la fille d'un marin, right ? Pauvres choses fragiles que nous sommes... Au moins nous n'avons pas le mal de l'avion... c'est l'essentiel non ? :p

Du coup, au lieu d'une petite escapade de 4h en mer, celle ci fut réduite à 3h (ce qui en soit est déjà pas mal), aller hop retour au port, pour que nous retrouvions un peu de couleur sur nos visages pâles. 

Nous prenons un taxi retour pour l'hôtel et ça ne rate pas, cetait effectivement 3000CFA.. sacré Alassan qui nous a outrageusement prises pour de bonnes poires. 



Nous profitons ensuite un peu de la piscine, avant de retrouver nos chambres, faire nos valises et repartir pour le vol retour. Qui par ailleurs était du vrai pain béni, il n'y avait que 80 passagers à l'arrière. Autant dire que le service fut bouclé en deux temps, trois mouvements. Rarissime.  

Voilà, le vol s'achève donc, et c'est avec pleins de beaux souvenirs en tête partagés avec Emma et Barbara, que je rentre chez moi, satisfaite de cette escale en leur joyeuse compagnie. Hâte d'être prochain ! Même si cette fois-ci je ne pourrai pas sortir de l'hôtel :( Mais a priori ce sera mon dernier pays en conflit, car le mois d'août s'annonce être le feu niveau destinations :)) 

Des bisous et à bientôt pour de nouvelles aventures les loulous. 










Tuesday, July 11, 2017

Brazzaville, République du Congo | 1er vol | AF896 | PCB




Hello mes petits asticots, 

Je sais, je suis une très mauvaise bloggeuse ; cela fait près de 9 mois que j'ai laissé à l'abandon mon blog... Et à ma décharge ce fut une année scolaire plutôt chargée, entre cours à distance, boulot à plein temps, permis, concours pour les écoles de commerce, et l'aventure Air France... Mais j'ai enfin le temps de souffler un peu, et de faire un petit point. 

Tout commence donc en Janvier, où j'avais décroché un CDD de 4 mois et demi, dans une entreprise, dans le domaine de l'aéronautique. 
En parallèle de cela, j'avais été convoquée pour une journée de recrutement, chez notre compagnie aérienne nationale. 10 jours plus tard j'apprends pour mon plus grand bonheur, que je fais partie des quelques 350 étudiants parmi plusieurs milliers de candidatures, a pouvoir voler dans les airs cet été, en tant que PCB (personnel complémentaire de bord) long-courrier. Débute alors un long processus, entre semaine de formation commerciale, formation sécurité, visites médicales, essayages d'uniformes, demande de visas... avant la tant attendue mise en ligne. 

Je vous épargne donc les détails du parcours du combattant, et passe donc directement à mon premier vol. 


Beaucoup d'appréhension accompagne donc ce tout premier vol, en tant qu'hôtesse de l'air étudiante.. J'arrive donc un chouilla stressée mais également enthousiaste, devant la salle de briefing, apparemment le pilote manque à l'appel, ils ont donc "déclenché" un pilote de réserve. Personne ne semble se connaître, mais on ressent déjà une bonne cohésion, vient alors l'attribution des postes de travail, j'explique d’emblée que c'est mon 1er vol, l'équipage me souhaite donc la bienvenue, en me mettant rapidement à l'aise. 
C'est partiiii, départ en bus des locaux d'Air France après de brèves salutations aux CDB (commandant de bord) et OPL (copilote) pour rejoindre l'avion stationné au large. 

Premier vol plutôt mouvementé : 44 enfants, 5 UM.. le vol est plein... les mamans et les enfants ne sont pas toujours assis à côté... Il faut donc essayer de jouer au tétris de la meilleure façon possible. 

Après le décollage arrive donc le moment de mon fameux premier service, j'étais quelque peu angoissée, qui plus est il débutait en premium... Et tirer un trolley (voiture repas..) est plus difficile qu'il n'y parait (équilibre et muscles requis :p).
Bref, vient alors la 1ère demande de boisson : "whisky coca avec glaçon svp". 
Coca versé dans le verre, sans éclaboussure : checked ✔. Quant au glaçon il a "sauté" sur le passager... (bah oui, sinon ce n'est pas drôle si tout se passe comme prévu). 😂

Mis à part cela, et la pénurie de plats au Poulet, en fin de service, dans l'ensemble tout s'est relativement bien passé, même si le vol aller était plutôt dense et que mes pieds sont clairement en compote ( je vais d'ailleurs investir dans des geox...) 

Le stress dû au 1er vol fut rapidement dissipé, grâce à un équipage au top : entre bienveillance, bizutage, professionnalisme, humour, et gentillesse. Je n'aurais pas pu espérer mieux, ils ont su apporter des réponses à toutes mes questions, même en période de rush, et toujours avec le sourire. Bon, j'ai aussi subi un gentil bizutage de bienvenu, et bien évidemment je n'ai à chaque fois rien vu venir :). 

Bizutage épisode 1 : En milieu de vol, ils m'avaient collé des étiquettes "ne pas débarquer" sur le dos , je n'avais absolument rien remarqué , et après 1 aller-retour en cabine , un passager m'interpelle pour me dire : " madame, vous avez quelque chose sur le dos...", il m'aide même à les retirer :)

Bizutage épisode 2 :  à l'approche de l'atterrissage, mon adorable CC(chef de cabine) me dit : "Viens on a besoin de toi pour un briefing urgent en porte 2", quelque peu inquiète je rejoins une partie de l'équipage en porte 2, et là on m'annonce la couleur : 
"Ecoute, on a un soucis avec ton visa, tu ne peux pas aller à Kinshasa avec nous demain, tu restes à Brazzaville, sauf qu'AF ne prend pas en charge les frais plutôt élevés... Et puis l’hôtel risque de ne plus avoir de chambres. Tu devras sûrement te trouver quelque chose en extérieur, on a essayé de te trouver un vol retour de Brazza, mais il est plein...". Et là silence... je me décomposais, j'avais du mal à visualiser ce qu'il était en train de se passer, ma CCP (chef de cabine principale) arrive, et de surcroît acquiesce. Je me demandais comment on avait pu zapper une info aussi importante que le visa... Je m'imaginais déjà faire passer ma paie (avant même de la recevoir) dans l'hôtel, et dans un vol retour. Et puis il continu "bon bah au pire essaie de voir avec le chef de secteur sur place tu loges avec lui... Mais bon tu sais il est pas mal occupé avec ses prost**tuées...." et là je bug, je ne réalise que lorsqu'il crie "mais noooon c'est pas vraiiiii voyons ! On t'a bien eu !!!" 😂Bien joué !

Après cet ascendeur émotionnel, arrive alors le moment de l’atterrissage, puis le débarquement des passagers, on vérifie que rien n'a été oublié, qu'il n'y a plus personne à bord, et enfin c'est à nous de sortir de l'avion. Direction hôtel avec la navette, un pot d'arrivé nous attend, et nous y retrouvons d'autres équipages, arrivés avant nous, j'y croise même deux autres PCB ! 
On ne tarde cependant pas trop, car la fatigue commence à se faire ressentir, je rejoins donc ma jolie chambre d'hôtel, et je m'empresse d'asperger tous mes vêtements et draps de spray anti-moustiques.. Eh oui zone impaludée oblig'.. 
Petit facetime avec la madre pour la rassurer, et dire que je suis bien arrivée à destination, avant de faire un gros dodo bien mérité.


Le lendemain, après avoir demandé l'autorisation à ma CCP (Chef de cabine principale), je décide de partir en vadrouille avec Emma, autre PCB, pour visiter un peu la ville malgré les restrictions. Car je trouve cela tellement dommage d'être dans un pays pour la 1ère fois, sans en voir la couleur. Et puis Bernard, notre chauffeur de taxi, était là pour nous guider, tous les éléments étaient donc réunis pour une petite escapade réussie. 

Programme : 
  • Marché du plateau ( plutôt touristique, d'où les prix plus élever que la moyenne, mais de magnifiques tableaux, et objets artisanaux ..) 
  • Aperçu de la basilique Sainte-Anne, située dans le Centre-Ville de Brazzaville et Poto-Poto
  • Marché de Poto-Poto, moins touristique, nous y avons acheté 2 robes aux tons colorés (pour 3000 CFA/robe soit environ 4,5 euros)
  • Palais présidentiel, siège de la présidence de la République du Congo (que nous n'avons pas le droit de photographier). 
  • Achat de petits souvenirs, avant de rentrer à l'hôtel et de profiter de la piscine :)  
Les élections ont mis de l'ambiance dans la ville, klaxons, voitures avec de la musique, des trompettes, pour supporter leur candidat. 
Il est vrai qu'une blonde, et une asiatique ne se fondent pas réellement dans la masse, à Brazzaville, il était donc assez marrant de voir parfois certaines personnes nous fixer, et nous faire des signes, mais les locaux étaient pour la plupart très avenants, sympathiques, et ouverts à la discussion. 

C'était une 1 ère en Afrique, et même si ce fut express, j'ai été ravie de pouvoir découvrir un bout de la République du Congo. 


Après cette petit virée touristique, on profite un peu du soleil, et de la piscine, avant de se précipiter dans nos chambres respectives, pour faire nos valises et surtout dormir un peu avant le vol retour de nuit. Celui ci fut plus difficile que celui de l'aller, de part la fatigue, mais dans l'ensemble (mis à part la chemise tâchée de vin rouge d'une passagère, un Gin Tonic pas tout à fait maîtrisé, et le vomi d'une petite...), le vol s'est également relativement bien déroulé. 

Bizutage épisode 3 : Après l’atterrissage, le CDB (commandant de bord) fait son annonce habituel, et y ajoute " Bravo à Mathilde, pour son 1er vol, je vous invite à tous lui faire la bise, en partant", 150 bises c'est plutôt pas mal... et des petites qui me font des câlins en partant, so cuteee. 

Bref, voilà, est arrivé le moment de me séparer de mon super équipage, qui pour ne pas arranger l'émotion qui m'envahissait déjà, m'a adorablement remis mon certificat de premier vol + de beaux cadeaux... Je ne les remercierai jamais assez pour avoir fait de mon 1er vol une expérience unique, et beaucoup moins stressante que prévue. 

C'est le début d'une petite série de vols, mais cette 1ère expérience sera sans doute la plus marquante. Encore merci à ma skyteam du tonnerre ! 
Tournage d'un clip d'un artiste local :) 

 Kit indispensable d'une hôtesse de l'air :p

Des bisous à vous, et à bientôt pour de nouvelles aventures :)

Sunday, October 30, 2016

SCOTLAND



Hey there, sorry for being such a bad blogger, I was so busy lately, actually I'm still busy hehe. But hey I'm (kinda) back to talk to you about my last little trip to Scotland. I just needed some time in a beautiful place and fresh air to clear my head. 
 Anyway, I've been in the UK many times but never to Scotland, and I have to say, the scottish landscapes are fabulous : fairly diverse, with mountains, bogs, countless coastal islands, sea-side cliffs, and the occasional forest. 
uhm anyway, for those who are not native English speaker, the scottish accent is actually not that difficult to understand, but you definitely have to be a bit concentrated :p 

DAY 1 : Paris -> Glasgow -> Dundee 

DAY 2 : Dundee -> Edinburgh -> Stirling -> Loch Lomond 
We first saw the Stirling Castle, and also the Doune Castle, which is an hour from Edinburgh. Then, we traverse the Highland Boundary Fault and arrived at Balmaha, Loch Lomond, we took there a nature walk, culminating in a superb Highland viewpoint and we saw the Scotland’s largest lake and the Arrochar Alps mountain range. It was breathtaking. We finish the day at Glengoyne Distillery, situated in a wooded valley in the southern Highlands.  We toured this beautifully located distillery and sample the delicious 12 year old product:)

DAY 3 : Edinburgh
We walked around, got breakfast and went to the Edinburgh Castle, 
then we went back to Dundee, and got a party at my friend's place :)


DAY 4 : Dundee 
Just chilling and resting at home.lol

DAY 5 : Dundee 
Brunch, and visit of Dundee
besides the Doune Castle in Stirling made an appearance for the pilot episode of GAME OF THRONES, it was used for some exterior shots and the great feast held when King Robert Baratheon and his party arrive. It's crazy, right ? :)


University of Dundee
Couscous revisited
Glengoyne distillery :  We saw where the magic of maturation takes place, how whisky ages – from the difference the wood makes, to how the spirit deepens in colour over the years. 
 English breakfast

Edinburgh at night