Tuesday, January 13, 2015

"Je suis Charlie" ou pas, là n'est pas la question.




Avec les récents événements qui ont plongé la France et le monde dans le deuil et l'incompréhension. Beaucoup se sont déjà exprimés sur le sujet, et en ce moment celui-ci est récurrent, je comprends donc que certains puissent commencer à éprouver une certaine overdose à voir sans cesse débattre sur ce même sujet. Mais malgré tout un certain besoin de m'exprimer se fait ressentir. 




La France est aujourd'hui si unie et divisée à la fois... Et il me semble qu'ici mon but n'est plus tant de débattre sur les actes commis en eux-même, mais surtout de l'impact que ça a eu.

Je pense qu'il est nécessaire d'être nuancé et faire preuve de discernements dans ses propos ou réactions émotionnelles, et malheureusement ce n'est pas toujours le cas. 



Certains proclament "Ne pas être Charlie", ce qui est parfaitement soutenable, car après tout chacun est ce qu'il veut être (ou ne pas être). 

Mais pour mettre les choses à plat, affirmer "être Charlie" ne signifie pas, selon moi, qu'on approuve ou que l'on apprécie fatalement toutes les caricatures qui ont pu être faites, ça ne signifie pas non plus que l'on partage toutes leurs convictions ou encore la politique implicite à leur ligne éditoriale. Et pour tout vous dire, je n'ai même jamais acheté l'hebdomadaire. Mais n'oublions pas que défendre la liberté d’expression n’implique pas d’endosser les expressions de ceux dont on défend la liberté. 



Pour ce qui est des manifestations, de la marche républicaine, cette tuerie étant beaucoup plus médiatisée par rapport à d'autres, on peut se demander si on ne fait pas un choix sélectif de la compassion, et si il n'y a pas une certaine hypocrisie : que de défiler et de marcher aux côtés de personnes dont on ne partage pas forcément les convictions politiques, ou encore morales. 

Mais pour ma part, tout en ne réprimant pas nécessairement une éventuelle responsabilité des états occidentaux et de leur politique extérieur dans la montée des extrémismes, qui pourrait en effet alimenter l'animosités envers nos pays... Je persiste à penser que de participer à ces manifestations, est avant tout pour dire oui à l’unité nationale qui cherche à se former, pour sentir le mouvements collectif, et pour défendre des valeurs républicaines.. 



Mais pour en revenir au point de départ, dire "#JesuisCharlie ", est donc selon moi, surtout pour montrer notre désaccord avec le fait de ôter des vies juste parce-qu'on ne partage pas la même vision des choses, c'est pour clamer que l'on est solidaire, et enfin qu'on se sent tous un peu Charlie, car si la liberté d'expression est ainsi menacée, alors nous aussi on risque de subir le même sort que #CharlieHebdo si on dit, dessine ou même pense quelque chose qui va à l'encontre des idées d'une tiers personne. 

Ne vit-on pas dans un pays démocratique, la liberté d'expression et donc le droit à s'exprimer sans craindre pour sa sécurité, ne sont-ils pas des piliers de cette même démocratie? Si chacun se mettait à abattre toute personne qui ne partage pas son opinion ou humour (quel qu'il soit) je pense que la densité de population subirait une sacrée diminution. 

Je pense également qu'il n'est que peu raisonné et sage que de dire: "Charlie hebdo est raciste, ils l'ont bien cherché/mérité". Personne ne devrait selon moi, s'octroyer le droit de ôter la vie ou même de se réjouir de la mort de quiconque.

Pour ce qui est des caricatures, ces dernières étaient provocantes, certaines d'entre elles m'ont même mises mal à l'aise il faut l'admettre, mais parfois, il faudrait peut-être voir plus loin que le dessin en lui même, et derrière son caractère humoristique et provocateur se cache peut-être quelque chose de plus profond et subtil.. Mais là n'est même plus la question, nous ne sommes pas forcés (encore heureux) d'être d'accord avec tout et tout le monde. Nous avons le droit d'être en total désaccord avec un humour qui n'est pas le nôtre, un humour que certains peuvent considérer comme déplacé et irrespectueux, MAIS il y a tout simplement d'autres moyens plus intelligents et civilisés de se faire entendre et de mettre en relief son désaccord, plutôt que de tirer dans le tas ou tout simplement de cautionner ce genre d'actes. 

Et puis pour ma part, je ne suis pas si sûr quant au fait que le journal soit réellement islamophobe, "loin de se focaliser sur la dénonciation des islamistes, le journal se déchaînait (pacifiquement) contre une multitude de cibles (le pape Benoît XVI, Nicolas Sarkozy, Barack Obama, Khadafi...)". À checker pour avoir éventuellement une vision un peu plus nuancée du journal : 

Mais on ne va pas débattre sur la nature ou l'éthique du journal, mon but n'étant pas d'en faire la propagande, chacun a parfaitement le droit de trouver leurs publications révoltantes et déplacées. 
Tout ça était simplement pour dire, qu'il y aura toujours un journal, une émission, un livre, une personne... qui ira à l'encontre de nos idées, qui nous révoltera par ses propos, mais est-ce une raison pour justifier un crime, ou l'accepter? 

Et si on essaye de rester dans la logique de ces terroristes, qui étaient selon eux d'agir au nom de l'Islam, alors pourquoi abattre un policier musulman de sang froid qui les suppliait de lui laisser la vie sauve?! Et les personnes qui n'avaient aucun lien avec le journal, ceux dans le supermarché, ou encore la policière qui ne faisait qu'intervenir sur un accident de circulation.. Pourquoi leur ôter la vie si brutalement et brusquement? Où est la logique? Il n'y en a visiblement pas. C'est dénuée de toute cohérence. C'est du non-sens. Mais après tout, à quoi bon chercher à comprendre ce genre d'agissements, à analyser leurs gestes, leurs pensés, certaines choses nous dépassent tout simplement... 

Mais ce qui est problématique aussi dans tout ça, c'est que des personnes qui parlent de la sorte au nom de l'Islam, pour commettre des crimes aussi abominables, alimentent encore davantage les préjugés, stigmatisations non fondées qui conduisent vers des amalgames douteux, sans parler des théories de conspirations qui planent également. 

Et inutile, je suppose de mentionner ceux qui mélangent tout et qui assimilent terrorisme à l'Islam, et qui vont saccager des lieux de cultes islamiques en proclamant #JesuisCharlie ,alors là je suis désolée mais non vous ne l'êtes pas, et je dirais même que vous ne faites pas preuve de plus de jugeote que les terroristes eux-mêmes . 

Ensuite, il y a aussi des comparaisons de souffrance qui sont faites, nous savons tous qu'il y a encore beaucoup de problèmes non résolus dans ce monde, beaucoup de crimes commis arbitrairement... Malheureusement il y aura toujours pire ici ou ailleurs, et loin de moi l'idée d'énoncer ça comme une fatalité qu'il faut accepter, on devrait d'ailleurs s'indigner plus souvent face à tous ces crimes contre l'humanité qui ne nous touchent pas forcément de près.. 
Mais faut-il banaliser et accepter l'horreur parce-qu'on la considère moindre?

Enfin, malgré le fait qu'Al-Qaïda au Yémen semblerait menacer la France de nouvelles attaques, j'espère profondément que l'atrocité accumulée la semaine passée ne se répétera pas... 

Chacun a ses propres valeurs, idéaux, principes, sa propre façon de pensée, et peu importe notre religion, peu importe nos opinions politiques, peu importe nos origines.. Au-delà de nos différences, on devrait tous être en mesure de cohabiter, et de se respecter. 

Mais la question, n’est donc plus de savoir si l’on réprouve la tuerie, il faudrait selon moi, plutôt s'interroger sur ce que l'on doit faire maintenant de notre politique étrangère.

J'ai bien saisis qu'on était pas au pays des Bisounours, mais est-ce donc si utopique, enfantin et naïf que de demander un monde(ou du moins une France) plus serein(e) et un peu plus en paix?... 

P.s: je ne sais pas combien auront eu le courage de lire jusqu'à la fin mon texte à rallonge et un peu brouillon. Mais ça bouillonnait, il fallait que je m'exprime, quitte à être la seule à me lire..  




2 comments:

Anonymous said...

Ca fait con si je dis juste "J'aime" ?

Anonymous said...

Article bien écrit, et très réfléchi, je partage totalement ton point de vue.
Bien à toi.